Info Gefluc LR

D’éminents spécialistes dans leur partie ont accepté de rejoindre le Conseil d’Administration. Leur expertise et leurs compétences seront un vrai atout pour les actions et décisions à venir.

Nous souhaitons donc la bienvenue à:

Sébastien CARRERE – Chirurgien viscéral et Sarcome au département chirurgie oncologie de l’ICM.

Daniel BONZOM – Professeur d’université  à la retraite – ancien président du MUC et membre du CA

Pierre SENESSE – Gastro-entérologue hépatologue du Pôle « Transversalité et Soins de Support à l’ICM.

Thomas MIZRAKI – Directeur des ressources humaines et de l’environnement au travail de la Régie des Eaux de Montpellier

 

La 5e nuit des entrepreneurs -Soirée MEDEF

Le 23 février dernier, le MEDEF organisait sa 5ème nuit des entrepreneurs au cours de laquelle plus de 400 participants sont venus échanger directement avec la vingtaine d’organismes présents.

Didier CUPISSOL sur le stand du Gefluc LR

Le thème de cette année était « l’entreprise et le sport »

Dans le cadre de ses actions de prévention en entreprise et sa thématique actuelle « sport et cancer » le GEFLUC a donc tout naturellement été invité à participer et à tenir un stand au côté des organismes paritaires.

Au cours de la soirée l’artiste peintre DYSABO a réalisé en direct une œuvre sur le thème de la cohésion, du sport et de la solidarité.

 

Cette soirée s’est clôturée par un cocktail dinatoire et une dégustation de vins.

Nous remercions l’artiste plasticienne DYSABO et le MEDEF qui ont généreusement offert au GEFLUC le tableau peint au cours de cette manifestation.

L’oeuvre réalisée en direct au cours de la soirée

Montpellier 3M, 10 ans de partenariat

Chaque année depuis 2005, en collaboration avec le Gefluc LR, Montpellier Méditerranée Métropole organise des sevrages tabagiques et des conférences pour sensibiliser ses agents sur la prévention des risques cancers.

MONTPELLIER-METROPOLE-GEFLUC-LRAinsi, depuis 10 ans, 22 groupes de 5 à 10 personnes volontaires se sont engagés sur un programme d’une durée de 6 mois à 1 an pour arrêter de fumer.

Le sevrage commence par une première réunion au cours de laquelle le médecin tabacologue explique aux futurs non-fumeurs les bénéfices liés à l’arrêt du tabac.

le Dr CLAUZEL insiste sur la détermination et l’engagement nécessaires à la réussite du programme qui conduisent, en premier lieu, à s’interroger sur ses motivations personnelles – même si elles peuvent évoluer au cours du sevrage.

Si notre méthode a fait ses preuves – elle est reconnue par l’INCA – son efficacité reste donc liée à la motivation de chacun.

Cette première information sera suivie de 7 entretiens individuels de 30 mn ou de 8 réunions de groupe selon le nombre de participants et la méthode choisie.

La prévention

La politique de prévention menée par Montpellier 3M sur le lieu de travail est d’autant plus importante que 40% des cancers sont liés à des comportements que nous pouvons modifier.

Afin de sensibiliser le plus grand nombre aux risques liés au tabagisme, à la consommation d’alcool, à une alimentation déséquilibrée, à l’exposition aux UV, à une activité physique insuffisante, des conférences animées par des professionnels de santé sont également proposées par le Gefluc.

Cette année, le Dr Pierre SENESSE de l’ICM Val d’Aurelle animera une conférence sur le thème: « nutrition et prévention cancer »

Ces interventions permettent la diffusion des bonnes pratiques de prévention qui constituent un enjeu aussi important que les progrès des traitements.

 

 

 

Nutrition: Faire le point

On estime que 40 % des cancers pourraient être évités par des modifications de nos modes de vie et dans notre environnement [source INCa : Institut National du Cancer].

Pour diminuer le risque de survenue d’un cancer OU après un cancer, les nutritionnistes de l’ICM font le point sur le rôle de l’alimentation dans la prévention du cancer.

Manger 5 portions de fruits et légumes par jour.

[Remarque : les féculents (pomme de terre, pâtes, riz, semoule,…), les légumes secs, les fruits secs et les graines ne sont pas inclus dans ce groupe].

Grâce à leur richesse en eau, vitamines, minéraux et en fibres, les fruits et légumes sont indispensables. Peu caloriques, ils diminuent le risque d’obésité et de surpoids, régulent le transit intestinal et la sensation de faim.

schema prévention

  • Les féculents (pommes de terre, pates, pain, riz,…) apportent 50 % de notre énergie quotidienne. Les produits céréaliers complets (pain complet, pates complètes, riz complets, millet, orge, avoine, boulgour, sarrasin,…), doivent être privilégiés pour votre santé.
  • Inclure dans son alimentation quotidienne un apport en légumes secs (fèves, haricots blancs, haricots rouges, lentilles, pois…), permet d’apporter une source de protéines et de fibres.
  • Il est recommandé de ne pas dépasser 500g de viande rouge cuite par semaine (bœuf, porc, agneau et chevreau) : manger moins de 5 steaks hachés de viande rouge par semaine !

Favoriser la consommation de viandes blanches (veau, lapin et volailles), d’œufs (maximum 4 par semaine) et de poissons qui sont également de bonnes sources de protéines.

Les aliments riches en sel

Les aliments riches en sel

  • Si vous aimez la charcuterie, riche en sel et en graisses animales, réservez-la à une portion par semaine, soit 2 tranches de jambon sec ou 1 tranche de jambon cuit ou 1 tranche de pâté ou 5-6 tranches de saucisson sec.
  • Pour donner du goût à vos plats, privilégier les épices et herbes aromatiques. Trop de sel est dangereux pour la santé. La dose recommandée de sel/jour est en moyenne de 5g. Or, notre alimentation industrialisée apporte environ 10 g de sel par jour !

Attention aux apports cachés en sel dans les conserves et les plats préparés industriels!

 

  • Limiter la consommation de produits à haute densité calorique, c’est-à-dire les produits de plus de 225 kcal/100g (boissons sucrées, plats préparés, pâtisseries, restauration rapide, …).
  • Sauf avis médical, boire de l’eau du robinet.
  • L’alcool n’est pas recommandé. En cas de consommation, la limiter à 1 verre / jour chez la femme et à 2 / jour chez l’homme.
  • Consommer des compléments alimentaires régulièrement (gélules, cachets, poudres) sans prescription médicale peut être nocif pour la santé et même augmenter le risque de certains cancers. Une alimentation variée et équilibrée répond aux besoins nutritionnels de l’organisme.

Voici l’exemple d’un plateau repas type permettant de regrouper l’ensemble de ces conseils nutritionnels:

schema2

Et n’oubliez pas de pratiquer une activité physique d’au moins 30 mn par jour !

Source ICM Val d’Aurelle

L’EDITO de septembre

Didier Cupissol Président Gefluc

Dr Didier CUPISSOL Président du Gefluc

LE GEFLUC: Plateforme associative de la lutte contre le cancer dans l ‘entreprise

Serions-nous à l’aube d’une nouvelle économie, à la fin d’un monde en changement où la notion de progrès est peut être une idée morte et ainsi, à la fin du progrès éternel et de la croissance perpétuelle ?

Faut-il apprendre à vivre sans croissance?

C’est le paradoxe central de notre époque, où nous vivons une révolution industrielle et technique inouïe, où les distances et le temps se sont contractés, et où dans la même période, la croissance ne cesse de décliner.

Nous sommes dans le paradoxe d’une révolution industrielle sans croissance. Notre société crée de la richesse mais d’une manière différente de celle du XXème siècle quand elle permettait le quasi plein emploi qui favorisait le lien de solidarité entre tous les acteurs de l’employé à l’employeur.

Aujourd’hui nous sommes dans un système plus déstabilisant car le progrès devient une menace pour l’emploi. Le travail ne profite plus à tout le monde de la même façon, l’équilibre de notre classe moyenne, bien développée au XXs, se fragilise.

Mais notre société ne peut vivre sans progrès et nous attendons dans notre pays le rebond économique. Celui-ci malheureusement tarde à venir, et les économistes estiment qu’il ne sera pas aussi élevé que précédemment.

Dans la mesure où de nombreux coûts augmentent (l’enseignement, la santé….), par un jeu de balance, il n’y aura pas, in fine, de gain matériel pour le citoyen.

Il faut donc apprendre à vivre autre chose que cette attente de croissance, développer d’autres valeurs et limiter ainsi les effets de cette grande insécurité collective menaçante.

Il faut donc apprendre à se protéger et faire en sorte que les écueils de la vie aient moins d’emprise sur nous.

Le partage solidaire des richesses, plus que jamais sous le feu des projecteurs, serait en partie au moins, une solution.

Pour le GEFLUC, la santé dans l’entreprise est un bien commun qui concerne l’ensemble du personnel aussi bien les salariés que les dirigeants.

Sans se substituer à la médecine institutionnelle, notre association se pose comme un élément facilitateur, une plateforme commune, associée à la démarche RSE de l’entreprise pour oeuvrer collectivement à l’amélioration des conditions du combat contre le cancer, une des principales causes de décès dans notre pays.

Historiquement financées par l’euro de l’espoir, la prévention, l’aide à la recherche, l’aide sociale sont pour nous des biens communs. La forme des aides est à adapter voire à réinventer entreprise par entreprise.

Les actions proposées, l’emploi des dons récoltés, sont l’objet de discussions interactives et collégiales dont le contrôle de qualité est assuré par le comité de la charte.

Dans un monde qui produit de l’insécurité, face au cancer, rejoignez nous au GEFLUC qui travaille solidairement pour apporter un peu d’apaisement dans le monde du travail.

Pourquoi adhérer à L’€ de l’espoir ?

Samuel HERVÉ – Directeur et fondateur de la société AKTE SERVICES – Trésorier adjoint CCI Montpellier et membre du CA du Gefluc LR

Samuel HERVÉ

Samuel HERVÉ

Un chef d’entreprise de nos jours, en particulier dans notre tissu économique régional composé majoritairement de petites et moyennes entreprises, ne peut se comporter en dirigeant « hors sol ».

A l’inverse, il a intérêt à s’attacher à nouer des liens avec l’ensemble des composantes du territoire : collectivités, institutions, clients, fournisseurs, mais aussi et surtout avec le tissu social qui fait son bassin d’emploi.

 

N’oublions pas qu’une entreprise performante est aussi une entreprise qui sait attirer et fidéliser les talents. Or, dans la course aux talents, les études récentes le prouvent, la rémunération à elle seule ne suffit plus à attirer les plus performants.Les valeurs avancées par l’entreprise, pour peu qu’elles soient concrètement portées par celle-ci, donnent aux collaborateurs davantage de sens à leurs travaux, à leurs projets et à leurs missions.

La prise en compte de son environnement devient donc une nécessité pour l’entreprise.

Cette nécessaire prise en compte adopte les contours, sous une forme plus ou moins aboutie, d’une démarche de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE).

C’est notamment dans ce cadre de RSE que s’inscrit l’adhésion au GEFLUC pour une entreprise : en adhérant, elle porte des valeurs de solidarité, de citoyenneté, d’engagement social, en son nom propre mais aussi pour ses collaborateurs.

A travers les actions et les solutions de prévention et de suivi santé proposées par le GEFLUC, les collaborateurs se sentent directement impliqués.

Cela les concerne d’autant plus que l’euro de l’espoir, versé de façon équitable par eux-mêmes et par leur employeur contribue aussi à aider la recherche contre une maladie qui les a touchés, les touche ou les touchera un jour dans leur existence.

gefluc-euro-de-espoirEn résumé, cet engagement bipartite crée du lien social dans leur entreprise et donne encore davantage de sens à leur mission.

 

Parallèlement, et de façon très prosaïque, le dirigeant peut appuyer une partie de sa réflexion RSE sur son adhésion au GEFLUC.

Il peut donc valoriser cette démarche, de plus en plus recherchée voire exigée comme un critère de sélection par les donneurs d’ordre, publics comme privés.

Le dirigeant conjugue ainsi engagement citoyen, implication sociale, motivation des collaborateurs et performance économique.

Alors, Chers amis entrepreneurs et dirigeants, vous attendez quoi pour adhérer au GEFLUC ?

 

 

Gefluc LR & Crédit Agricole Languedoc

La Caisse Régionale du Crédit Agricole Mutuel du Languedoc via sa mission « Handicap et emploi » au Crédit Agricole (HECA) et le GEFLUC LR mettent en place un projet de collaboration réciproque.

Thibaud de FOURTOU - Dr Didier CUPISSOL - Thierry BERMOND

Thibaud de FOURTOU – Dr Didier CUPISSOL – Thierry BERMOND

Un chèque de 5 000€ a été remis le 23 septembre au Président du Gefluc LR le Dr Didier CUPISSOL par Mr Thibaud de FOURTOU -Directeur Général Adjoint de la CRCM du Languedoc, Mr Jacques CAMBON -DRH et Thierry BERMOND responsable HECA Languedoc.

 

 

HECA Languedoc mène depuis plusieurs années une politique active en matière de handicap sur le territoire.

En 2011, dans le cadre de sa mission de recrutement, de formation et d’intégration des personnes en situation de handicap, le Crédit Agricole du Languedoc met en oeuvre un Diplôme Universitaire Banque /Assurance avec l’Université Montpellier 1.

Depuis 4 ans, chaque année, une promotion de 10 à 15 personnes se forme au métier d’assistant de clientèle et si une vingtaine d’entre elles a été recrutée et titularisée par le Crédit Agricole Languedoc, les autres ont pu ajouter de nouvelles compétences sur leur CV, augmenter leur employabilité ou créer leur entreprise.

Cette offre de formation et de recrutement sera donc diffusée par le Gefluc LR via son réseau d’aide sociale pour aider les patients confrontés au problème de la réintégration au travail après une maladie invalidante à se former puis à retrouver un emploi.

Par l’acquisition de nouvelles compétences, la dynamique de l’apprentissage, un regard positif se porte sur la personne pour dépasser la maladie ou le handicap puis envisager un avenir professionnel et un nouveau projet de vie.

mecenat-gefluc-credit agricole 2

Ce partenariat concerne aussi l’organisation de conférences de prévention des risques cancer ouvertes à tous les salariés et la mise en place d’un accès personnalisé à l’information diffusée par le GEFLUC depuis l’intranet de la Caisse Régionale du Crédit Agricole Languedoc.

Ge-Boss-un programme innovant du Gefluc LR

Ce programme innovant proposé par le GEFLUC s’inscrit dans le cadre du Plan Cancer 2014-2019 dont l’un des axes est « d’accorder une priorité au maintien et au retour dans l’emploi »

L’annonce d’un cancer entraîne un bouleversement complet dans le parcours de vie des patients et des entreprises.

Que l’on soit salarié ou indépendant, les repères personnels et professionnels sont transformés. Les implications physiques, psychiques et organisationnelles viennent impacter les comportements habituels de l’entreprise et de la personne malade.

Outre les difficultés directement liées au parcours de soins, le chemin qui mène à la reprise de l’activité professionnelle est souvent compliqué.

Pourtant le retour au travail est un moment symboliquement très important pour la personne malade; un retour à la « vie normale qui va lui permettre de retrouver des repères, d’éviter les difficultés financières et de reprendre sa « place ».

Il est donc primordial de trouver les soutiens adéquats afin d’éviter l’isolement et l’incompréhension et de continuer sereinement sa route.

Le Gefluc LR, en collaboration avec le Dr Françoise DENCUFF, met en place le programme « Ge-Boss »; un accompagnement innovant sous forme de e-coaching destiné aux dirigeants et aux salariés confrontés aux difficultés du retour à l’emploi après un arrêt maladie longue durée.

 

LOGO GEBOSS texte

Le programme « Ge-Boss » est conçu essentiellement:

-Pour les patients qui, dans un souci de reprendre rapidement leur place et de prouver leurs compétences, négligent souvent de prendre le temps nécessaire à leur réintégration. Ils risquent ainsi de se retrouver marginalisés ou en burn-out

-Pour les managers et les équipes qui se sentent bien souvent démunis face à leurs collègues malades et/ou handicapés. La méconnaissance de la maladie et de ses implications entraîne peur et maladresse et génère fréquemment des conséquences néfastes à la bonne marche des services.

Entrepreneurs, salariés, devenez acteurs de santé dans votre entreprise, contactez-nous  !

Don, leg : 5 bonnes questions à se poser

communiqué de presse du Comité de la Charte du 11 septembre 2015

Léguer est un acte de générosité, mais également un engagement dans le temps et un acte juridique.

Je dois donc prendre quelques précautions et choisir attentivement la ou les organisations à qui je souhaite léguer.

Question n° 1 : A-t-elle les moyens de faire respecter mes volontés ?

Les causes sont multiples et les moyens d’action également. L’organisation que je choisis a-t-elle pour mission de réaliser la cause que je souhaite soutenir ? Ses moyens d’action lui permettent-ils de le faire ? Je m’informe sur les organisations à qui j’ai vraiment envie de léguer mes biens.

Bon à savoir : l’Essentiel est un document mis en place par le Comité de la Charte, qui permet de rendre compte de façon simplifiée et transparente aux donateurs et au public des legs, des dons et autres ressources provenant de la générosité publique reçues par l’organisation et de ce qu’elle en fait.

Question n°2 : Est-elle habilitée à recevoir des donations ou des legs ?

Les associations ou fondations reconnue d’utilité publique, les associations cultuelles et diocésaines, les associations déclarées ayant pour objet exclusif l’assistance, la bienfaisance ou la recherche scientifique ou médicale, autorisées par le préfet, les associations déclarées appartenant à une union ou un organisme reconnu d’utilité publique qui reçoit en son nom la donation, les congrégations autorisées ou légalement reconnues ont la capacité de recevoir des libéralités.

Sous certaines conditions, les autres associations d’intérêt général peuvent recevoir des legs. Il faut cependant vérifier la fiscalité applicable.

Question n°3 : Dispose-t-elle de procédures écrites définissant les relations testateur/légataire ?Respectera-t-on ma volonté ?
Le dossier de legs ou de donation sera-t-il traité de manière impartiale et désintéressée ? Suis-je protégé(e) d’éventuels conflits d’intérêt ? La confidentialité sera-t-elle respectée ?

Question n°4 : Saura-t-elle vendre mes biens de façon sécurisée ?

A-t-elle une procédure concernant les modalités de vente des biens meubles et immeubles ?

Bon à savoir : Les règles déontologiques applicables par les organisations membres du Comité de la Charte prévoient le principe de l’interdiction de vendre de gré à gré des biens immobiliers à des salariés ou bénévoles de l’organisation.

Conseil n°5 : Le patrimoine que je lègue sera-t-il bien employé ?

L’organisation est-elle transparente ?
Y a-t-il un organe de gouvernance habilité à accepter ou renoncer à un legs ?
Où sont retracés les différentes donations et legs ? En est-il fait mention dans les rapports d’activité annuels ?

Don en confiance Gefluc Languedoc Roussillon

Selon Gérard de La Martinière, président du Comité de la Charte du don en confiance : « En matière de donation et de legs, c’est la confiance dans la durée qui doit primer. C’est pourquoi, dans cette décision importante et délicate, le label « don en confiance » permet de gagner un supplément de sérénité. »

 

 

Soleil, ami ou ennemi ?

Le soleil, indispensable à notre vie et à notre équilibre psychologique nous aide:

  • À synthétiser la vitamine D qui fixe le calcium de nos os (quelques minutes par jour d’exposition du visage suffisent)
  • À lutter contre certaines affections de la peau comme le psoriasis
  • À garder le moral mais c’est surtout la lumière reçue par les yeux qui nous permet de lutter contre une éventuelle dépression saisonnière
  • À nous procurer un léger hale plus ou moins protecteur selon les personnes

Mais l’abus d’exposition au soleil comporte aussi des risques 

  • Coups de soleil : de la simple rougeur  à la vraie brulure (les expositions intermittentes et violentes dans l’enfance  et/ou sur peaux claires aggravent le risque de mélanomes)
  • Insolation
  • Vieillissement prématuré de la peau (rides, taches pigmentées..)
  • Photosensibilisation ( lien avec les produits cosmétiques  et pharmaceutiques)
  • ophtalmies
  • cataracte
  • cancers de la peau (200 000 nouveaux cas de mélanomes par an dans le monde)

L’exposition aux UV représente le risque majeur de cancer de la peau.

Depuis 2009 les rayonnements UVA et UVB sont classés cancérigènes pour l’homme par le CIRC (centre international de recherche sur le cancer)

Nous ne sommes pas égaux face au soleil

Certains types de peau le supportent mieux que d’autres. L’OMS a déterminé une classification qui définit les différents types de peau, ou  « phototypes ».

Connaître votre phototype vous permet de mesurer votre niveau de risque dû au soleil.

Pour en finir avec les idées reçues…

  • LA CRÈME SOLAIRE NE SUFFIT PAS À PROTÉGER VOTRE PEAU DU SOLEIL
  • LE DANGER NE VIENT PAS UNIQUEMENT DES COUPS DE SOLEIL
  • IL FAUT CONTINUER À SE PROTÉGER MÊME QUAND ON EST BRONZÉ
  • TOUT LE MONDE N’A PAS CAPACITÉ À BRONZER, RIEN NE SERT D’INSISTER
  • LE RISQUE N’EST PAS LIÉ À LA SENSATION DE CHALEUR MAIS À L’INTENSITÉ DES RAYONS UV
  • LES AUTO-BRONZANTS ET LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES NE PROTÈGENT PAS DU SOLEIL

bouton test