nathalie soriano

Nathalie SORIANO

L’upe 66 a convié le Gefluc LR lors de son AG du jeudi 2 juillet au restaurant le clos des Lys à Perpignan.

C’est ainsi que les chefs d’entreprises présents ont pu écouter Nathalie SORIANO, bénévole et membre du CA du Gefluc, témoigner de son parcours patient.

Une intervention émouvante qui « humanise le don » et ajoute une dimension citoyenne et responsable à l’entreprise donatrice.

 

«Bonjour, ça fait longtemps que je n’ai pas parlé devant une aussi grande assemblée.

Je vais me présenter à vous en quelques mots et ensuite tenter de vous expliquer pourquoi et comment je suis arrivé au GEFLUC.

Je m’appelle Nathalie Soriano et j’ai 47 ans.

Jusqu’en 2011, je faisais une carrière professionnelle dans une grande entreprise en qualité de responsable gestion de crise France. J’étais en pleine évolution et comme vous tous sans doute j’avais le nez dans le guidon …

Puis arrêt brutal, annonce verdict « cancer » !!

Passage d’une période un peu noire et parallèlement, une belle rencontre avec le docteur Didier Cupissol et c’est comme ca que j’ai connu le GEFLUC. J’ai mis un certain temps à approfondir parce que je crois, en réfléchissant bien, que je n’étais pas prête.

Aujourd’hui je le suis et c’est pour cette raison que je suis ici devant vous.

Ce qui m’a plu c’est que le Gefluc est une vraie association à but non lucratif, elle est certifiée « don en confiance » ce que peu d’association ont obtenues car cela implique une rigueur absolue dans son mode de gestion. Tous les administrateurs et les scientifiques sont des bénévoles.

Le Gefluc propose des actions qui sont quantifiables, mesurables, innovantes (le coaching par exemple) et valorisante pour une entreprise.

Prenons l’euro de l’espoir, je pense que c’est un partenariat gagnant/ gagnant.

L’entreprise met en place d’une façon volontaire un projet commun avec ses salariés, cette action peut renforcer la cohésion sociale et s’intègre pleinement dans une démarche d’amélioration continue. L’intégralité des dons est reversée localement.

Pour une entreprise c’est du concret, communiquer à l’extérieur sur cette action sera valorisante pour l’image de l’entreprise dans son périmètre d’actions.

Les euros récoltés permettront d’améliorer le quotidien des malades, « Quoi de plus beau et de plus précieux qu’un sourire retrouvé ! »

Ces euros permettront aussi de financer en partie des études de chercheur. Peut être qu’un jour, grâce à ces euros, un chercheur de Perpignan trouvera un remède pour lutter contre une maladie difficile à soigner et ce traitement sera administré à tous les patients dans le monde entier.

Cette histoire c’est mon histoire, grâce à l’implication de personne comme vous et moi, un chercheur du Japon a participé à l’élaboration du remède pour stopper l’évolution de mon cancer, il y a 12 ans mon espérance de vie était de 4 mois.

Je pense que le concept majeur du Développement Durable « penser global, agir local» prend tout son sens !

Voilà en résumé pourquoi j’ai pris plaisir à vous témoigner de vive voix de tout cela. Merci pour votre attention. »

Nous rejoindre sur les réseaux sociaux